1

Les albums filmés de l’Ecole des loisirs

Afficher l'image d'origineUn nouveau concept chez les éditions de l’Ecole des Loisirs : leurs albums les plus célèbres filmés et lus par des conteurs. Trois DVD sont ainsi sortis mettant en images 8 albums chacun. Celui que j’ai eu la chance de découvrir grâce aux services de presse de l’éditeur, le tome 1, concerne les lecteurs à partir de 2-3 ans. Il comprend : Caca boudin de Stéphanie Blake ; C’est à moi, ça ! de Michel Van Zeveren ; Grosse colère de Mireille d’Allancé ; Juste un petit bout,d’Emilie Jadoul ; Qu’est-ce que c’est que ça ? de Pascal Teulade et Jean-Charles Sarrazin ; Les mots doux, de Carl Norac et Claude K. Dubois ; Ma culotte de Alan Mets ; Je mangerais bien un enfant, de Sylviane Donnio et Dorothée de Monfreid. Ce n’est pas vraiment un dessin animé. Et cela ne remplace pas l’album papier, mais permet de le voir différemment.  Chaque album filmé dure à peine 2 à 5 minutes et les titres préférés des enfants sont ceux qu’ils connaissent en livre ! Le mouvement de caméra sur les illustrations permet d’en capter des détails et de faire vivre sous nos yeux ces histoires du soir. Un fond musical anime agréablement cette mise en scène originale. Un moment à partager en famille pour le plus grand plaisir des petits ! Un outil qui pourra également être intéressant pour l’école maternelle et pour les plus grands de la crèche (je vais le faire tester dans ce sens dans mon village très prochainement !).  Une nouvelle manière, vivante, de raconter des histoires et qui peut peut-être aussi amener aux livres des enfants réfractaires. Je n’ai pu, hélas, visionner que le premier tome, pour les plus petits, mais les titres sélectionnés pour les plus grands sont tout aussi intéressants : La chaise bleue ou l’Afrique de Zigomar pour n’en citer que deux. Une mention spéciale pour l’album  Grosse colère dans le tome 1 que les enfants adorent car il met des mots sur des ressentis difficiles à analyser pour eux.

Publicités
1

Le roi aux mille tétines, de Ortiz Christos et Sylvie Giroire

Au pays des enfants-rois, le roi-enfant a tout pouvoir, entouré de ses mille nourrices qui cèdent à tous ses caprices. Elles ont pour mission principale de s’occuper de ses mille tétines, toutes différentes, avec le plus grand soin, sinon, la sanction est immédiate… et cruelle. Pourtant, il devient de plus en plus difficile de trouver de nouvelles tétines pour sa collection. Alors, Mathilde, une des nourrices, a l’idée de lui rapporter une tétine… invisible. D’abord perplexe, l’enfant finit par écouter son histoire. Deux thèmes très importants de l’enfance sont abordés dans ce magnifique album : l’enfant-roi à qui l’on cède tout… ce qui ne rend heureux personne (surtout pas l’enfant !) et la tétine comme objet transitionnel qu’il faut, un jour, finir par lâcher… Accompagné d’illustrations absolument somptueuses, aux couleurs chaudes, cet album est pure merveille ! Je me suis souvenue de cette histoire un jour où mon fils a eu besoin de sa tétine alors que je ne l’avais pas emmenée… Je lui ai raconté l’histoire du roi-enfant et de sa tétine invisible… et ça nous a sauvé !!!

Enregistrer

1

Les amoureux du livre, de Frédéric Laurent

Afficher l'image d'origineLui vit sur la page de gauche, alors qu’elle, vit sur celle de droite. Ils ne sont pas vraiment malheureux, ils vivent chacun un quotidien tranquille, paisible, chacun dans la maison qui lui ressemble, avec son jardin et ses occupations… Mais, ils s’aiment… et sont séparés par la reliure du livre… Pour être enfin réunis, il suffit de lire l’histoire jusqu’au bout et de refermer le livre. Un petit album frais aux illustrations très réussies. Les amoureux ne sont pas amoureux du livre  mais bien amoureux dans le livre et le titre prête à -agréable- confusion.  Les pages sont aérées, le texte bref et joyeux. On commence par rencontrer  les personnages, des sortes de silhouettes minimalistes en forme de saucisse moustachue pour lui et de M&M’s à couettes frisées pour elle. Puis les pages se remplissent autour d’eux : la maison, l’animal de compagnie, le puits, le jardin. Ca fourmille de mille petits détails divertissants. Les deux univers différents se complètent néanmoins avec joie … « Ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend » comme dirait Verlaine. Pour repenser différemment le livre-objet où les personnages semblent commencer à vivre l’histoire la plus intéressante lorsque le livre se referme  !