0

Luciole, vole !, de Jane Clarke et Britta Teckentrup

Luciole, vole !Lucie, la petite luciole s’est égarée… Il faut l’aider à rentrer chez elle et retrouver tous ses amis ! Vite, montrons-lui le chemin à travers les petites lumières du monde : les reflets de la lune, la  lumière d’un phare, un train qui file dans la nuit, les lumières de la ville, comment s’y retrouver ? Mais avec la complicité du jeune lecteur, c’est sûr, elle va y arriver !

Un joli album interactif, coloré qui prône le courage et l’entraide. Lumineux !

 

Publicités
0

Qui m’aime me suive ! , de Frédéric Kessler, ill. Olivier Charpentier

Ce petit oiseau n’a peur de rien ! En suivant des yeux un papillon, depuis son nid, il se penche un peu trop et tombe… « Au secours » crie-t-il à l’égard de ses trois camarades qui l’observent, installés sur une branche… « Tu ferais mieux de voler… « , lui rétorquent-ils  sans bouger la moindre plume pour venir à son secours… Mais notre oisillon ne s’arrête plus, maintenant qu’il a découvert les joies du ciel  : au-dessus des maisons, au-dessus des nuages, au ras des pâquerettes, etc… A chaque nouvelle idée, il tente d’embarquer ses congénères avec lui. Mais eux, impassibles sur leur branche, l’observent d’un air blasé : « trop facile », « trop haut », « trop bas »…

Un album jouissif, bourré d’énergie, qui donne envie à l’enfant-lecteur de prendre son envol comme le petit oisillon. Les illustrations sont toutes simples et très rigolotes, en particulier ces trois oiseaux qui ne bougent pas de leur branche. Un album qui prône de manière presque excessive la confiance en soi… Et qu’est-ce que ça fait du bien !

0

Le dindon de la farce, de Mark et Rowan Sommerset

Cet album est la suite du Mouton farceur, qu’il vaut mieux avoir lu avant (pour nous ce n’est pas le cas maison comprend bien l’histoire même s’il nous manque sûrement le contexte et quelques anecdote (ce sera forcément pour un prochain prêt à la médiathèque !). En tout cas, notre dindon a l’air plutôt d’en vouloir au mouton Bêê et décide de se venger… Mais, bien entendu, tel est pris qui croyait prendre !

Une histoire « délicieuse » qui fait très fortement ricaner nos petites têtes blondes à l’âge du pipi-caca, car ce que le dindon veut faire boire au mouton, en guise de citronnade, c’est bien du pipi… Et pour faire passer tout ça, une galette à la bouse de vache, ça vous dit !

A lire à deux voix, c’est mieux. Les dessins très réussis rendent vraiment attachants et drôles nos deux animaux. On en redemande !

0

Ouvre ce petit livre, de Jesse Klausmeier

Voici une petite découverte faite à la médiathèque que mes enfants de 4 et 6 ans me demandent de lire et relire … et l’avantage pour l’histoire du soir, pour les parents débordés, c’est qu’il est rapide ! Lorsqu’on ouvre ce petit livre, en fait, on tombe sur des pages qui se réduisent au fur et à mesure de la lecture, mettant en abyme un insecte ou un animal lecteur tenant en main un livre, qu’il lit et qui parle du prochain  animal qui lit, etc… Vous avez compris ou je la refais ???

Au milieu, le plus petit des livres est celui d’une géante qui ne peut pas ouvrir ce tout petit livre ! … Mais que raconte le petit livre arc-en-ciel de la géante ?

Vous le découvrirez en ouvrant ce petit livre original, joliment illustré qui s’ouvre et se referme comme des matriochkas.

0

Lemanja, la déesse de l’océan, de Sabina Alvarez Schürmann

Les pêcheurs remplissent leurs filets de poissons, mais oublient de remercier Lemanja pour sa générosité et sa gentillesse. Bientôt, Lemanja, offensée, laisse les filets des pêcheurs vides…Seul un enfant comprend et décide d’aller à la rencontre de la déesse.  Celle-ci, en colère, s’attaque à l’enfant qui sombre dans la mer… Mais bientôt, Lemanja réalise qu’il s’agit d’un simple enfant et le recueille en son sein… Elle le sauve et  rend leurs biens aux pêcheurs qui, désormais, ne manquent pas de lui rendre hommage pour ses bienfaits.

Une jolie version d’un mythe brésilien, de Lemanja, la déesse de la mer  qui protège bateaux et pêcheurs.Ce que nous offre la nature n’est pas un dû. Il faut la respecter pour qu’elle-même nous accepte en son coeur. Les illustrations aux traits naïf apporte une touche originale au récit.

 

0

Papillon de jour, de Christian Merveille – ill. Ian de Haes

Un papillon voit le jour sur une fleur de cerisier. Il n’était pas là lorsqu’elle était en bouton, sera-t-il là lorsqu’elle deviendra cerise. Le papillon ne comprend pas… A chaque rencontre, oiseau, canard, caillou, enfant lui parlent du temps, du temps qui passe, des jours, des mois, des années, des siècles, des millénaires qui font le monde… Le papillon, lui, est pressé, il n’a que peu de temps devant lui et ne s’attarde pas à ce genre de chose. Seul lui importe le temps présent et seul le comprend un autre papillon

Je ne comprends pas. Mais, je n’ai vraiment pas le temps. J’ai tant de choses à faire, tant de choses à regarder, tant de choses à découvrir. Aujourd’hui, j’ai envie de tout vivre.

Un album qui se veut un hymne à l’importance de vivre l’instant présent, servi par des illustrations toutes douces, beau symbole de la douceur de vivre. Certaines pages sans texte invitent le lecteur à un voyage intérieur, à un monologue et à une respiration, comme des pauses dans la course du temps.

0

L’histoire du loup et du petit chaperon rouge aussi, de Seblight

Voici donc le conte célèbre du petit chaperon rouge revisité d’une drôle de manière. Le loup aimerait bien croquer la chair fraîche du petit chaperon rouge, mais lorsqu’il y plante ses dents, l’enfant rigole … C’est que les dents du loup sont toutes petites, toutes rondes et ne feraient pas de mal à une mouche… plutôt des chatouilles, même ! Mais bientôt, le loup a une idée : voler le dentier de grand-mère ! Le petit chaperon rouge n’a plus qu’à bien se tenir !

Un album aux illustrations aux couleurs un peu sépia où le loup apparaît comme en ombre chinoise. Le rouge du chaperon apporte la seule autre couleur à cet album réussi. Le texte est court, très lisible, plein d’humour et prône l’amitié. Car au fur et à mesure de leurs rencontres, le loup et l’enfant sont devenus amis…

Tu penseras à rendre son dentier à Mémé ?