0

Grippé !, de Titus

Quand on est malade, malgré la fièvre, on est quand même un peu content de pouvoir rester à la maison, au chaud… Alors que dans son délire, le petit malade voit les pulls se transformer en mouton, il va quand même profiter de sa journée sans école… Enfin, la première journée, parce que durant la deuxième, puis la troisième, le temps commence à être long… Et lorsque même le papa attrape la grippe, il sue comme une endive au jambon ! Alors, pourquoi doit-on être malade pour avoir le droit de passer une journée tranquille ?

A la lecture de ce livre, c’est bien la question que l’on s’est posé avec mes enfants. Alors, on a décidé, pendant les vacances, de s’offrir une journée de malade sans maladie, et franchement, c’était vraiment chouette : pouvoir rester en pyjama, manger quand on a faim, lire des livres, regarder la télé, faire la sieste,ne rien faire… Une belle expérience. Merci donc à ce livre très drôle. Le petit garçon passe son temps à ne pas vraiment comprendre les expressions imagées qui se murmurent autour de lui et il y a vraiment beaucoup de bonnes trouvailles.

En plus cette histoire de fièvre de cheval, ça m’inquiète. Je me demande où j’ai pu attraper une maladie de cheval. Je ne fais pas d ‘équitation… à moins que… mercredi… j’ai joué aux petits chevaux avec mamie… La fièvre de cheval, ça s’attrape en jouant aux petits chevaux ? « 

Publicités
0

Le chapardeur, de Caroline Hurtut, ill. Anne-Soline Sintes

Comment se fait-il que les enfants perdent constamment leurs petites affaires ? Je crois que toutes les mamans du monde se posent la même question ! Une chaussette par ci, une carte de jeu par là, un stylo… Mais oui, c’est le Chapardeur

Il est long et velu, comme un lacet avec des poils dessus

Ce brigand qui, ni vu, ni connu, lorsque tu as le dos tourné, dérobe ce que tu as laissé traîner… Ces petits objets du quotidien auront peut-être disparu, mais, comme une madeleine de Proust, deviendront des souvenirs que tu garderas et transmettras à tes propres enfants.

Voilà une jolie façon de dédramatiser les pertes d’objets et le bazar que les enfants savent si vite mettre dans une maison ! Chez nous, nous avons deux personnages imaginaires : le voleur de tutute, qui apparaît le matin pour dérober les tétines jusqu’au soir, et Gaspard le fantôme qui passe son temps à déranger d’un côté quand on range de l’autre, ou à cacher des objets qui nous font alors défaut… Quand la fiction rattrape la « réalité » !

Un album très soigné, poétique, aux illustrations gaies et colorées d’un style très personnel de Anne-Soline Sintes sur le thème du souvenir.

0

La fée sorcière, de Brigitte Minne et Carll Cneut

Marine est fille de fée… Et lorsqu’on est fille de fée, on est fée, polie, proprette, sage, gentille… Pourtant, Marine souhaite devenir une sorcière car elle trouve la vie de fée très ennuyeuse. Une sorcière peut faire du patin à roulette, se salir, crier…  Alors, elle décide de partir vivre dans le bois des sorcières. Bien sûr, sa mère pense qu’elle va revenir, que ce n’est pas un endroit pour elle… Et si c’était sa maman qui allait finir par la rejoindre ?

Un livre sur la déobéissance, sur le choix, l’indépendance, la relation mère/fille, les conventions, les compromis, aux douces et originales illustrations de Carl Cneut. On retrouve facilement la marque d’un autre album des mêmes auteurs : Rouge jaune noire blanche – dans la même collection et chez le même éditeur.

 

0

P’tit loup veut sa tétine, de Orianne Lallemand

Et si vous connaissez « Le loup » (voir article précédent), ne manquez surtout pas, pour les plus jeunes, les histoires de « P’tit loup ». Un personnage attachant pour des récits avec plus ou moins de texte selon le message à faire passer. Avec celui-là, j’espérais que ma fille de bientôt 3 ans laisse tomber sa tétine… Ca n’a pas été le cas… mais elle adore quand même vraiment ce livre, tout comme tous les autres titres de la collection. Des histoires vraiment très sympas, toujours ancrées dans la vie quotidienne du jeune enfant. Idéal pour les 2-4 ans.

 

0

Marcel a des poux, de Christine Noyer

Marcel a des pouxMarcel se réveille de très mauvaise humeur : sa tête l’a gratté toute la nuit. Quand sa maman découvre qu’il a des poux, elle lui demande, un peu honteuse, de ne surtout en parler à personne ! Lorsque Marcel arrive à l’école, il va quand même confier à son amoureuse en lui demandant de garder le secret pour elle…

Un récit tendre et amusant sur un phénomène fréquent et parfois difficile à gérer pour l’enfant et ses parents : les poux (j’en sors à peine avec ma fille, je sais de quoi je parle). Les thèmes de l’épidémie de poux, de la mise à l’écart sont intelligemment complétés par celui du secret qui pense être tenu lorsqu’il n’est révélé qu’à une personne. Tout rentrera dans l’ordre par l’intervention de la maîtresse qui avoue très simplement à sa classe qu’elle a des poux !!! Un petit premier roman qui se lit d’une traite avec de jolies illustrations

1

Le roi aux mille tétines, de Ortiz Christos et Sylvie Giroire

Au pays des enfants-rois, le roi-enfant a tout pouvoir, entouré de ses mille nourrices qui cèdent à tous ses caprices. Elles ont pour mission principale de s’occuper de ses mille tétines, toutes différentes, avec le plus grand soin, sinon, la sanction est immédiate… et cruelle. Pourtant, il devient de plus en plus difficile de trouver de nouvelles tétines pour sa collection. Alors, Mathilde, une des nourrices, a l’idée de lui rapporter une tétine… invisible. D’abord perplexe, l’enfant finit par écouter son histoire. Deux thèmes très importants de l’enfance sont abordés dans ce magnifique album : l’enfant-roi à qui l’on cède tout… ce qui ne rend heureux personne (surtout pas l’enfant !) et la tétine comme objet transitionnel qu’il faut, un jour, finir par lâcher… Accompagné d’illustrations absolument somptueuses, aux couleurs chaudes, cet album est pure merveille ! Je me suis souvenue de cette histoire un jour où mon fils a eu besoin de sa tétine alors que je ne l’avais pas emmenée… Je lui ai raconté l’histoire du roi-enfant et de sa tétine invisible… et ça nous a sauvé !!!

Enregistrer

0

L’usine à caprices, d’Agnès de Lestrade

Afficher l'image d'origineLe roi et la reine viennent d’avoir une fille, Clarisse. A sa naissance, son père promet que jamais celle-ci ne connaîtra la tristesse et les larmes… Mais pour cela, il va bien falloir céder à tous ses caprices !

Comment montrer aux enfants que céder à tous leurs caprices n’est pas forcément la solution ! Un livre à mettre entre toutes les mains, mais qui plaît surtout aux filles